Image Antoinette Fouque – « La violence contre les femmes règne partout : banale, structurelle et mondiale ».  | Le Club de Mediapart
05.07.17

Antoinette Fouque – « La violence contre les femmes règne partout : banale, structurelle et mondiale ». | Le Club de Mediapart

Artistes indépendants

Editrice et libraire

Espaces d’échanges, les boutiques de livres créées par Antoinette Fouque sont ouvertes jusqu'à minuit. Elle ouvre une première librairie dans le sixième arrondissement de Paris et y propose les livres publiés par des femmes. La militante s'est rendue compte combien les femmes occupent une place mineure dans le domaine du livre à force de côtoyer les milieux intellectuels. Proposant plus de six cents ouvrages consacrés à la réflexion féminine, la société d’édition d’Antoinette Fouque permet à de multiples écrivains de se faire connaitre.

L’Alliance des Femmes pour la Démocratie lutte pour réfréner la montée des extrémismes identitaires, car de nos jours, les droits des femmes sont encore menacés. Antoinette Fouque est députée au parlement européen de 1994 à 1999, elle était candidate sur la liste des Radicaux de gauche. Antoinette Fouque crée l’Alliance des Femmes pour la Démocratie au moment des deux cents ans de la déclaration des droits de l’homme.

Un parcours entre enseignement et psychanalyse

Le groupe Psychanalyse et Politique, l'un des courants du mouvement MLF, a été fondé par cette femme militante. Au début des années 1970 à l'université de Vincennes, Antoinette Fouque prend part à une UV illégale sur la sexualité de la femme sous la houlette de la philosophe Luce Irigaray. Antoinette Fouque a d'abord été enseignante après avoir décroché son diplôme Lettres.

Antoinette Fouque défend les femmes en luttes partout dans le monde

Antoinette Fouque s’engage avec Aung San Suu Kyi face à la dictature en Birmanie. Ayant reçu les plus prestigieuses distinctions françaises, elle s’éteint le 20 février 2014. Selon Antoinette Fouque, la femme du soldat inconnu est plus inconnue que lui. C'est la phrase écrite sur une banderole qu'elle agite durant une manifestation du Mouvement de libération des femmes sous l'Arc de Triomphe.

C'est à Marseille qu'elle passe une enfance tranquille. Antoinette Fouque étudie à Aix-en-Provence avant de s'installer dans la capitale. La Marseillaise rencontre son époux quand elle est à l'université. Antoinette Fouque a de qui tenir puisque son père était un militant communiste.